slideshow 1 slideshow 2 slideshow 3 slideshow 4 slideshow 5 slideshow 6 slideshow 7 slideshow 8 slideshow 9 slideshow 10 slideshow 11 slideshow 12 slideshow 13 slideshow 14 slideshow 15

Vous êtes ici

Pâquerettes

Les Pâquerettes (Bellis perennis) ou fleurs de pâques fleurissent de mars à novembre mais la pleine floraison se situe aux alentours des fêtes de pâques.

La pâquerette est une plante très rustique formant des touffes denses. Espèce commune, elle fleurit toute l’année. On la trouve sur des sols un peu humides et compacts toute l'année. Elle est toujours dans des végétations très rases, riches, souvent piétinées (le plus souvent dans des prairies pâturées grâce à sa tolérance aux herbivores par une rosette plaquée au sol et une capacité de régénération rapide de sa tige florifère, puis s'étant adaptée aux bords de chemins, dans les pelouses urbaines ou les gazons tondus)

Elles ont la particularité, comme certaines autres fleurs de plantes herbacées, de se fermer la nuit et de s'ouvrir le matin pour s'épanouir au soleil ; elles peuvent aussi se fermer pendant les averses, voire un peu avant, ce qui permettrait dans les campagnes de prédire la pluie légèrement à l'avance.

Etymologie et culture populaire

Plusieurs théories se proposent d'expliquer l'origine du nom scientifique de la plante. La plus fréquente et plus probable le fait dériver du latin bellus (« joli, élégant »), qui évoque sa beauté et pour perennis la longueur de la période de floraison et sa rusticité.

D'après Emile Littré, son nom viendrait de l'ancien français « pasquier » désignant les pâturages, référence aux lieux où elle pousse.

Les pâquerettes survivant très bien aux tontes répétées même très rases dans un gazon, où elles sont particulièrement visibles, elles ont donné lieu à l'expression « au ras des pâquerettes » signifiant « au ras du sol » et, métaphoriquement, « sans intelligence ».

Son nom anglais de daisy provient de l'anglo-saxon daeges eage (day’s eye, littéralement « œil du jour »), allusion à la fleur qui s'ouvre le matin et se ferme complètement le soir.

Usage alimentaire

Les feuilles sont comestibles crues. Elles ont un goût léger, de noisette, un peu poivré mais elles développent un arrière-goût un peu âcre, d'où la recommandation de les mélanger à d'autres plantes dans des salades composées.

Elles peuvent également se préparer lactofermentées comme le chou ou être finement hachées et mélangées dans de la crème fraîche pour former une sauce qui accompagne le riz, le poisson.

En Sicile et en Toscane, elles servent à faire de la soupe lorsque d'autres plantes plus appréciées ne sont pas en saison. Ailleurs en Italie, elles servent à confectionner des farces pour la focaccia (version italienne de la fougasse) ou des sauces pour la viande.

Les boutons floraux peuvent être utilisés crus dans des sandwichs, des soupes ou des ragoûts, se conserver au vinaigre et être utilisés comme les câpres, ou bien être revenus dans un peu d’huile et de vinaigre à la poêle. Les « fleurs » à demi-ouvertes, sont également comestibles (goût léger de noisette). Une fois ouvertes, elles deviennent légèrement amères, si bien qu'elles sont alors consommées en salade.

Propriétés médicinales

La pâquerette (utilisation des fleurs et des feuilles) est cueillie à l'échelle industrielle pour l'obtention d'une teinture mère homéopathique de la plante fraîche.

Les fleurs pâquerette sont couramment utilisées en Autriche comme un thé-médicament pour ses vertus gastro-intestinales et respiratoires. En infusion, une cuillère à café de plante sèche par tasse d'eau bouillante, laisser infuser 10 minutes, 3 tasses par jour.

Elles sont réputées, comme hépato-stimulant en remède contre la toux, les maladies de peau douloureuses (eczéma, psoriasis...), les maux de tête, l'hypertension, les étourdissements et l'insomnie, ainsi qu'en l'absence de menstruations.

À l'image de son rôle écologique, elle permettrait également de réguler les déséquilibres du calcium dans le corps : nodules calciques, arthrose, décalcification, artériosclérose, etc.

Elle est enfin astringente et hémostatique. Son jus était utilisé massivement par les légions romaines pour soigner les blessures.

Sources : Wikipédia, Herbier de René Noygues, Fleurs sauvages Delachaux et Niestlé

Photos : Nelly Blaya

Catégorie: 

Commentaires récents

  • Eau il y a 4 années 3 mois

Mentions légales

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer