slideshow 1 slideshow 2 slideshow 3 slideshow 4 slideshow 5 slideshow 6 slideshow 7 slideshow 8 slideshow 9 slideshow 10 slideshow 11 slideshow 12 slideshow 13 slideshow 14 slideshow 15

Vous êtes ici

paprec 4, compte rendu de la réunion d'information

Le vendredi 12 juin le commissaire enquêteur a initié une réunion d'information destinée aux habitants de la zone concernée par les activités de l'entreprise Paprec.

Nous allons restituer en 6 thématiques les questions posées par le public et les réponses apportées par les intervenants.

L'extension des autorisations

La modification des nomenclatures des produits recyclables a abouti à la nécessité de demander des autorisations supplémentaires pour des produits qui étaient auparavant compris dans d'autres nomenclatures.

A part l'agrandissement (en volume et en surface) de l'activité bois naturel broyé, Paprec sud-ouest ne prévoit pas d'activités supplémentaires.

Une personne demande quel est l'intérêt pour les communes d'Espère et de Mercués de ces extensions d'autorisations ? Réponse : de l'emploi !

La circulation et le trafic routier

Le trafic routier devrait augmenter de 25 poids lourds/jour en moyenne.

A la question de savoir si la RD 811, avec 10 000 véhicules/jour, n'est déjà pas parvenue à un point de saturation, aucune réponse n'a été apportée.

La voirie de la zone des Grands Camps est mise en cause par le public pour son état déplorable ainsi que l'attitude des chauffeurs qui d'après les riverains roulent trop vite. Par ailleurs plusieurs personnes signalent des envols de déchets qui souillent les fossés aux Grands Camps et le long de la RD 811.

Le vice-président du grand Cahors chargé de la voirie confirme que les chaussées des Grands Camps devront être refaites avec un enrobé, mais il ne dit pas quand. Paprec s'engage à faire le nécessaire auprès de ses chauffeurs. Le commissaire enquêteur demande à Paprec, qui affirme bâcher correctement tous ses transports, de se rapprocher du Syded pour régler le problème des envols.

Le public demande à ce que l'amplitude horaire de 6h à 21h soit revue, surtout le matin. Pas de réponse à cette question.

La sécurité du site

Quelques inquiétudes s'expriment quand à la sécurité du site, incendie (l'incident de 2008 est évoqué), intrusion, produits dangereux. Paprec annonce un gardien de nuit, des clôtures renforcées, le stockage des produits dangereux conformes, la formation et la certification des agents, des plans de sauvegarde.

Contrôles et informations des populations

Une question est posée sur les nécessaires contrôles de la qualité des process, la qualité de l'air, la qualité des eaux souterraines et des sols. Ces contrôles seront-ils effectués par des organismes indépendants à quelle fréquence ? Comment la population sera-t-elle informée des résultats ou des incidents pouvant avoir des conséquences sanitaires ?

Les résultats d'analyse et les rapports d'incident sont communiqués aux autorités compétentes, il n'y a pas d'obligation d'informer les populations.

Développement à moyen et long terme

A la question de l'avenir de Paprec sur la zone d'activité, la réponse est que l'on est plutôt aujourd'hui sur un tassement des volumes, qu'à moyen terme il n'y a pas d'augmentation des volumes significatives envisagée, mais l'activité du tri et du recyclage est directement lié au dynamisme économique du bassin économique.

Intervention du GADEL

Le représentant du Gadel rappelle que depuis le début les manquements à la législation ont été nombreux, plus de 36 infractions, 17 uniquement pour 2012, l'étude d'impact pour l'extension est jugée insuffisante et ne reposant que sur des données bibliographiques. Il met en doute la capacité de Paprec à se mettre en conformité durablement.

Les dirigeant de Paprec reconnaissent les faits et se dédouanent en déplorant les évolutions constantes de la législation et la difficulté de se tenir en règle. Leur voeux est de coller dorénavant aux textes. C'est vrai que les nouvelles législations sont décidées le lundi, votées le mardi et appliquées le mercredi, le tout sans prévenir les personnes concernées !

En septembre les travaux de rénovation des caniveaux collectant l'eau de lessivage des zones de stockage et la double unité de dépollution seront achevés, les épisodes de pollution du Reignac devraient s'achever, du coup la question du maintien du projet de bassin de Laborie se pose d'autant plus que l'autre entreprise en cause d'après les documents de l'enquête publique concernant ce bassin n'occupe plus la zone. Le Grand Cahors devrait reconsidérer la problématique pluviale de la zone des Grands Camps, peut-être une source d'économie pour la collectivité.

Les registres d'enquête publique

Il appartient maintenant à chacun de prendre connaissance des différentes pièces du dossier et de se rendre dans la mairie de son choix pour y consigner ses observations et questions jusqu'au 7 juillet inclus.

Catégorie: 

Commentaires récents

  • Eau il y a 2 années 9 mois

Mentions légales

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer