slideshow 1 slideshow 2 slideshow 3 slideshow 4 slideshow 5 slideshow 6 slideshow 7 slideshow 8 slideshow 9 slideshow 10 slideshow 11 slideshow 12 slideshow 13 slideshow 14 slideshow 15

Vous êtes ici

Les chrysanthèmes

Le chrysanthème, fleur d’or

L1253.jpg

je suis le chrysanthème. Mon nom signifie ‘fleur d’or’.Plante annuelle ou vivace, je suis de la famille des Astéracées. On devrait dire ‘les chrysanthèmes’ car nous sommes plusieurs espèces et vous connaissez surtout celles d’entre nous qui sont cultivées comme fleurs d’ornement et que certains fleuristes appellent d’un très joli nom : Les pomponnettes. A l’automne, elles fleurissent les tombes à la fête de Toussaint, plus précisément le jour des Défunts.

Cette tradition remonte au début du 19ème siècle et s’est répandue en France comme en Belgique lors de l’armistice de 1918. Puis, progressivement, elle s’est étendue à l’époque de la Toussaint, le 1er novembre, le chrysanthème remplaçant la bougie qu’on allumait anciennement sur les tombes.

Pourquoi c’est nous qui avons été choisies et pas d’autres fleurs ?

L’explication est assez simple : nous sommes des fleurs de l’automne et nous résistons aux premières gelées ; nous annonçons la proximité de l’hiver, appelé souvent ‘la saison morte’ et les gens ont associé ‘amis ou parents défunts’ et ‘saison morte’. Mais il n’en est pas toujours ainsi dans les différentes régions du monde : par exemple en Australie, nos bouquets sont offerts à l’occasion de la fête des mères ; en Orient, le chrysanthème jaune est symbole d’immortalité ; au Japon, il est symbole de bonheur…

Nous formons une riche palette de couleurs en sorte que chacun peut y trouver son compte : mauves, jaunes, blancs, roses…

Les chrysanthèmes noirs existeraient-ils ? Nous parions qu’ils ne seraient pas choisis : tout se passe comme si les gens refusaient le ‘noir’ du deuil pour exorciser la mort ; c’est comme s’ils voulaient montrer leur attachement obstiné à la vie qui doit l’emporter ; c’est peut-être une manière de célébrer inconsciemment l’éternité du présent et la lumière inconnue de l’à-venir.

Nous sommes les chrysanthèmes, gerbes de couleurs qui fleurissent vos cimetières : quelques touches de couleur sur fond noir, comme des taches de lumière rappelant les bougies anciennement allumées, fleurs d’or sur vos tombes, l’homme ESPERE.

René Noygues. Le 5 nov. 2013

 

 

Catégorie: 

Commentaires récents

  • Eau il y a 2 années 8 mois

Mentions légales

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer