slideshow 1 slideshow 2 slideshow 3 slideshow 4 slideshow 5 slideshow 6 slideshow 7 slideshow 8 slideshow 9 slideshow 10 slideshow 11 slideshow 12 slideshow 13 slideshow 14 slideshow 15

Vous êtes ici

Georges Bourrel, l'instituteur

 

Espère, juillet 1914

Le jeune homme que reçoit le Maire Alfred Payssot est de taille moyenne, brun aux yeux marrons, le visage rond, d'un abord sympathique et avenant. Alfred Payssot a la tâche aisée pour lui présenter son nouveau logement et son lieu de travail car il reçoit en ce jour de juillet l'instituteur de l'école des garçons récemment nommé. La mairie, l'école et le logement de l'instituteur partagent le même bâtiment du bourg. La rencontre se passe bien, peut être même qu' Alfred Payssot a eu quelques pensées pour l'avenir de ce jeune homme : acceptera-t-il un jour, comme beaucoup d'instituteurs, d'assurer le secrétariat de la mairie ? Peut-être trouvera-t-il au village une fille à épouser ? En ce début d'été 14, tous les rêves sont permis, Georges fait connaissance de son nouveau cadre de vie, à la rentrée les enfants d'Espère bénéficieront de la jeunesse et de l'enthousiasme du jeune instituteur.

Mais la grande Histoire est déjà en train  de s'écrire...

Verdalle, Tarn, novembre 1893

Le 24 Novembre le maire de Verdalle, Tarn, signe l'acte de naissance du 5° enfant de Paul Bourrel et Marie Michel. le maire connaît bien Paul car il est instituteur au village, il sait aussi le bonheur que représente l'arrivée ce fils. Il s'appellera Georges (Arthur) Bourrel en souvenir de ce garçon décédé à l'âge de 4 mois en 1884 et qui avait été nommé Georges (Philippe). Georges a deux soeurs, Augusta (Olympie) née en 1879 et Marie (Germaine) née en 1886 ainsi que deux frères Edouard (Ulysse) né en 1875 et Arthur (Paul) né en 1882 qui décédera en 1905.

Ce dernier enfant arrive dans la famille alors que Paul a 48 ans, Marie 41 ans, ses deux soeurs 14 ans et 7 ans, ses frères 18 ans et 11 ans, l'enfance de Georges à Verdalle a dû se dérouler simplement. Son destin emboîte fièrement le pas de celui de son père et de ses frères (Edouard est au moment de son mariage en 1902, surveillant général au collège de Montélimar et Arthur est répétiteur au lycée de Tarbes peu avant son décès). Georges sera donc instituteur. C'est à l'école normale des garçons de Cahors qu'il le deviendra et son premier poste sera celui d'Espère !

Dourgne, Tarn, 1913

 

En 1913, l'année des 20 ans de Georges, le service militaire est de 3 ans. Tous les jeunes de 20 ans sont convoqués par le conseil de révision au chef lieu du canton de leur commune d'origine afin d'y être recensés et d'évaluer leur aptitude au service, ils entrent ainsi dans l'âge adulte et la majorité d'entre eux est mise à la disposition de l'autorité militaire pour une durée de 30 ans. Georges n'échappe pas au conseil de révision où il retrouve ses camarades du pays. Il est déclaré apte sous le numéro matricule 1418 mais en tant que normalien il bénéficie d'un sursis d'un an afin qu'il puisse terminer ses études. Il sera donc mobilisable en 1914. Il sait aussi que dès la signature de son contrat de 10 ans avec l'Education Nationale ses obligations militaires seront suspendues, les instituteurs, hussards noirs de République, sont plus utiles dans les écoles que dans les casernes.

Montpellier, Hérault, août 1914

Le 1er Août c'est la déclaration de guerre. Les troupes sont appelées dans les casernes, les soldats déjà sous les drapeaux sont les premiers à partir. Georges ne bénéficie plus d'aucune dispense, en cas de conflit elles n'existent plus.  Où se trouve-t-il à la déclaration de la guerre ? En vacances chez ses parents ? A Espère préparant son installation ? Il part probablement dans la deuxième vague. Le 8 août il rejoint le 81° régiment d'infanterie basé à Montpellier, il est incorporé comme soldat de 2° classe. De là, lui et ses camarades sont acheminés en Lorraine vers les zones de combat. Le 18 août le 81° RI est engagé à Mittersheim, le régiment participe à la défense de Lunéville. Le 81° reste en Lorraine jusqu'en octobre 1914. Le 12 octobre 1914 le régiment est relevé et transporté dans le secteur d'Ypres où il participera brillamment à interdire l'accès de la mer aux Allemands. Le 29 décembre Georges Bourrel est promu au grade de sergent. Le 31 décembre 1914 Edouard Bourrel, soldat au 127° RIT à Casablanca (Maroc), s'éteint terrassé par une fièvre typhoïde compliquée par une méningite. Le 22 février 1915, le 81° est relevé et déployé en Champagne dans le secteur de la ferme de Beauséjour.

Tahure, Marne, septembre et octobre 1915

Fin septembre 1915 le 81° est régiment de réserve en Champagne. Le 25 septembre débute la 2° bataille de Champagne. Les combats sont violents et le 81° est engagé dans le secteur de Tahure dès la nuit du 26 septembre. Le 5 octobre Georges Bourrel devient caporal. Le 6 octobre un dernier assaut est ordonné il se prolonge jusqu'au 8, une journée de répit permet de recevoir des renforts, le 9 l'assaut reprend dans un dernier élan, c'est ce jour là, le dernier jour de la bataille de Champagne que le caporal-instituteur Georges Bourrel tombe, il vient d'avoir 22 ans. Il était le dernier fils de Paul et Marie Bourrel. Il est enterré à la Nécropole Nationale de la Ferme de Suippes, carré 14-18, tombe 3680.

En 12 jours, la seconde bataille de Champagne a fait 27 851 tués, 98 305 blessés, 53 658 prisonniers et disparus du côté français. Cette offensive n'a pas débloqué la situation même si les lignes françaises ont avancé, la guerre de mouvement n'a pas repris.

Sur le monument aux morts de Verdalle les noms des deux frères Bourrel morts pour la France sont côte à côte.

Espère, novembre 2014

Le monument aux morts de Verdalle, les deux monuments d'Espère (église et commune) ainsi que le monument aux instituteurs qui se trouve dans la cour de l'IUFM portent le souvenir de Georges Bourrel, le jeune instituteur qui n'a jamais enseigné.

Avertissements, sources et remerciements :

Malgré des recherches approfondies et minutieuses, il peut y  avoir des erreurs et des manques, les sources utilisées sont parfois contradictoires ou lacunaires ; par exemple il m'a été impossible de déterminer si des enfants étaient nés dans la période située entre le mariage de Paul et Marie en 1867 à Semalens et la naissance d'Edouard en 1875 à Semalens.

Archives Départementales du Tarn

Archives Départementales du Lot

Mémoire des Hommes, journal des opérations des opérations du 81° RI

Gallica, Historique du 81° RI

Memorial genweb

Wikimedia

Pierre Laurent, Espère

Catégorie: 

Commentaires récents

  • Eau il y a 2 années 5 mois

Mentions légales

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer